Archives de catégorie : Actualités

Promenade dans les Ardennes

Randonnée dans les Ardennes autour de Revin, en passant par les Dames de Meuse, à la fin de l’été. Cette boucle permet de découvrir les paysages du nord des Ardennes : la vallée de la Meuse, les plateaux couverts de forêts de chêne ou plantés d’épicéa et le point de vue des Dames de Meuse.

Eaux & Forêts dans le Sancy

Balade en moyenne montagne, dans le massif du Sancy (Auvergne), au sud de la Bourboule. Visite du bois de Charlannes, de la roche de Vendeix (piton constitué d’orgues basaltiques) et de la montagne de Bozat. Les hêtraies-sapinières et quelques plantations d’épicéas communs ou de mélèzes d’Europe dominent ces paysages de moyenne montagne. L’eau est partout présente : suintements, torrents, cascades…

La nouvelle édition du premier tome de la flore forestière française est disponible !

La nouvelle édition de la flore forestière française, tome 1, Plaines et collines vient de paraître. Il s’agit d’une complète réédition qui intègre notamment plus de 550 nouvelles espèces et corrige ou affine l’écologie et la chorologie des espèces décrites. Certains dessins, toujours d’une grande finesse, ont été revus ou ont été complétés par de nouvelles illustrations. Après une trentaine d’années d’usage, ma première édition va partir prendre une retraite bien méritée dans ma bibliothèque. Elle a vécu bon nombre de péripéties au fond de ma musette de terrain, pris l’eau de temps à autre et a été parfois tachée par mes doigts plein de terre lorsque je réalisais des sondages pédologiques en même temps que des relevés botaniques. Après tous ces mauvais traitements, une chose est sûre : c’est du solide !
C’est vraiment l’ouvrage de base pour tous les forestiers, non seulement pour déterminer les espèces, que ce soient les arbres, les plantes herbacées, les fougères ou les mousses (avec d’excellents dessins et bon nombre de critères pratiques de terrain), mais également pour toutes les informations associées : écologie, distribution à l’échelle de la France, habitats dans lesquels l’espèce est présente… D’autres informations comme l’étymologie des noms, les utilisations thérapeutiques ou un éventuel statut de protection sont également mentionnées.

La première édition (à gauche), bien fatiguée par trente années de terrain et la seconde édition (à droite).

Pour en savoir plus sur cette flore…

Les Monédières

Situé en Corrèze, sur la bordure Sud-Ouest du Plateau de Millevaches, le massif des Monédières est caractérisé par des sommets arrondis granitiques qui tranchent avec les gneiss autour. Il offre un panorama sur le Plateau limousin et permet des activités comme le parapente.
Les versants du Suc au May, un des principaux sommets des Monédières ont été plantés de douglas. Châtaigniers, hêtres et chênes sont les autres essences présentes.

Deux nouvelles galeries dédiées aux forêts naturelles de montagne

Mise en ligne de deux nouvelles galeries de photographies dédiées aux forêts en libre évolution de montagne. L’une concerne la réserve de la Glacière dans la forêt de la Joux, l’autre la réserve naturelle des Ballons comtois.

Réserve biologique domaniale de la Joux. Canton de la Glacière. Cette sapinière a été initialement classée en réserve artistique en 1930. Elle est désormais classée en réserve biologique intégrale. La forêt y est en libre évolution. Elle présente des bois de très grosses dimensions ainsi qu’une importante quantité de bois morts.

Une nouvelle vidéo sur l’Argonne

Voici une autre vidéo de l’Argonne avec quelques séquences prises du sol et une majorité de vues aériennes. Elle permet de visualiser des peuplements de douglas issus de plantation, mais aussi des parcelles sur lesquelles une régénération naturelle par coupes progressives vient d’être initiée.

Une vidéo sur les forêts d’épicéa d’Argonne

Aux confins de la Meuse, de la Marne et des Ardennes se trouve le massif d’Argonne, caractérisé par sa géologie originale, ses plateaux et ses vallons encaissés. En raison de sols impropres à la production agricole et de son relief, cette région a toujours été très fortement boisée.
L’Argonne a été modifiée en profondeur par les combats de la première guerre mondiale : les lignes de tranchées y sont particulièrement nombreuses, notamment dans la Marne et la Meuse. Beaucoup d’arbres ont été mitraillés.
Dès les années 1930, certains peuplements endommagés par la grande guerre ont été coupés pour y implanter des pins ou des résineux à croissance rapide (épicéa commun, en grande majorité, puis désormais douglas de plus en plus souvent). La grande période de transformation résineuse correspond aux années 1960-70 durant lesquelles les aides financières de l’État ont encouragé ces pratiques. Le bois de la Gruerie constitue l’un des secteurs les plus fortement enrésinés.